Optimisation des mots clés

Quelle est la densité optimale de mots clés pour le référencement ?

 

Salut à tous, et bienvenue dans notre étude du jour. Je sais que notre article vous paraît se concentrer sur un sujet basique cette fois-ci, mais j’ai été surpris du nombre d’e-mails que j’ai reçu me demandant précisément : Combien de fois dois-je utiliser mon mot clé dans l’URL, le H1 et le Title lorsque je veux veux me positionner sur Google ? Et également, combien dois-je avoir de pages différentes qui ciblent ce mot clé ? Après avoir publié notre récent article pour déterminer comment bien choisir ses mots clés, nous allons voir aujourd’hui quelle est la densité de mot clé pour le référencement.

Recherche de fausse clé

J’ai effectué pour vous une recherche spécifique. En effet, j’ai tapé sur Google « Are skeleton keys real » (Traduction de « Est-ce q’il y a des fausses clés ») et j’ai analysé les résultats de recherche. J’ai, à ma plus grande surprise, découvert qu’il n’y avait pas de pages qui disait : « Are Skeleton keys real ? ». Grâce à cette recherche, j’ai remarqué que dans le TOP 20 des résultats, aucun article ne contenait un title ou une ligne mentionnant : »Are skeleton keys real ».

Vous voyez donc des contenus qui se positionnent sur Google qui ne contiennent pas le mot clé. Je trouve que c’est un bon exemple qui explique bien que Google veut mieux cerner les contenus et la qualité afin de perfectionner son algorithme.

La répétition des mots clés

Il y a 3 considérations à prendre en compte au sujet du SEO.

Les considérations à prendre sur Google

1 Les rich Snippets

Le rich snippet est avant tout un excellent moyen de se différencier face à la concurrence. Ici j’ai pris l’exemple des rich snippets de la marque Etsy. J’ai été sur la page grâce à un rich snippet et force est de constater que le produit n’était plus là malgré le fait qu’Etsy me proposait de nombreuses suggestions qui ne comprenaient pas le mot-clé. C’est très frustrant sachant qu’ils ont ce que je recherche sur leur site internet.

La première considération des rich snippets est : Est-ce que les informations sont utiles et informatives ? J’ai envie de voir le rich snippet et de me dire : « Dites moi quelque chose que je ne sais pas à propos de leur histoire, ou de ce que c’est ». Est-ce qu’au final cela est utile ? Est-ce que cela va m’aider à accomplir ce que je dois accomplir ? Dans ce cas une requête sur l’information est la bienvenue.

Est-ce que le rich snippet améliore la visibilité et le clic ? Voici pourquoi le Rich snippet est si efficace, il attire l’oeil et le clic de l’internaute. Vous avez plus d’espace au vertical et une plus grande liste qui est disposée pour vous aider.

Est-ce que les rich snippets sont pris en considération par les internautes ?  Cela améliore la considération pour la marque qui prendra plus d’importance et de temps pour votre société.

2. Les algorithmes d’analyses de mots clés

J’aimerais revenir avec vous  au moment ou Google, Yahoo, Bing comptait clairement le nombre de répétition d’un mot clé, sans tenir compte d’une densité. Ils utilisaient un algorithme très simple : TFIDF (Terms frequency times inverse document frequency).  Avant, il suffisait simplement de concentrer un mot clé dans un contenu pour être bien positionné.

les caractéristiques pour cibler une requête

Le ciblage des mots clés

Il est vrai que dorénavant, il y a davantage d’éléments pour cibler les fausses clés. Google vous donnera des coups de boost si vous dites « Are skeleton keys real? » et que tout les internautes disent « Real vintage »et « Antique skeleton keys ».

Je ne dis pas qu’il faut forcément utiliser cette phrase précisément mais je vous suggère plutôt d’identifier l’ensemble de la demande de vos internautes afin de répondre à tous les besoins émis par vos prospects potentiels.

La modélisation des sujets

Il y a probablement de nombreux sujets que vos internautes recherchent. Quels sont pour vous les termes et les phrases qui sont fréquemment utilisés en rapport avec votre mot clé. Si vous voyez ces termes et ces phrases sur les pages de vos concurrents et que vous ne les voyez pas sur les vôtres, vous ne pourrez être plus pertinent par rapport à ce mot clé.

Il faut savoir que les internautes ne savent pas de quoi vous parlez. Alors ils regardent ces sortes de sujets modélisés pour comprendre :  » Oh , ok , regardez, ils parlent de serrures; ils parlent d’antiquités; ils parlent de l’histoire. Je pense que nous pouvons être relativement assurés que, oui, ce document est sur le thème de fausses clefs « . Si vous n’utilisez ces mots et expressions, l’algorithme va vous oublier.

Analyse d’intention

Google est très dur avec les intentions des utilisateurs. Son rôle est vraiment d’apporter un résultat pertinent. Google se dit : « Qu’est ce que les internautes souhaitent  pour cette requête ? »  Il y a des milliards de résultats qui peuvent correspondre à la demande. Google a la forte tâche de trouver le contenu qui répond tout particulièrement au mot-clé recherché et tapé par les internautes.

Voici un exemple précis : si vous vendez des fausses clés et que la recherche effectuée est « Are skeleton keys real? » Clairement Google remarque que vos intentions sont de vendre alors que la requête tapée a juste pour intention d’avoir des informations. C’est pour cela que vous ne vous positionnez pas sur cette phrase.

QDD / QDF

Il existe bien d’autres algorithmes tels que QDD (Query deserves diversity). Google voit les différentes intentions pour une recherche. C’est pour cela que vous ne vous positionnez pas. A l’inverse, l’algorithme QDF veut plus de résultats récents. Il sait détecter si les internautes veulent des documents récents notamment à propos des fausses clés par exemple.

L’engagement et l’opinion des internautes

Opinions et engagements de recherche d'une page

Cela a de l’importance si les internautes ne cliquent pas sur votre contenu, s’ils préfèrent s’en aller et ne pas cliquer sur votre site internet. Les internautes ont une fâcheuse tendance à entrer une seconde requête afin d’afficher une nouvelle page de résultats et de trouver le contenu le plus adéquat.

Les internautes sont constamment en train de se demander par rapport aux résultats de recherche : « Dois-je retourner sur mon ancienne requête ? Dois-je scrawler la seconde page ?… Toutes ces choses s’appliquent en tant que considérations sur le moteur de recherche. Nous savons que Google peut gérer les mesures au niveau des clics parmi les résultats de recherche. Nous savons également que grâce à Chrome, Android et bien d’autres encore, nous pouvons analyser ce qui se passe sur un site internet.

Nous savons qu’ils peuvent voir le partage de données et d’amplification si cela est lié. Ils peuvent probablement envisager d’autres types d’amplifications aussi. Si par exemple, un internaute tape « Etsy skeleton keys », Google va clairement afficher la page Etsy pour être sûr de correspondre à l’intention de l’internaute.

Donc combien de fois dois-je répéter mon mot clé ?

Pour 95% des pages, il y a le mot clé représenté :

 

Nombre de mot clé dans le contenu

Oui, vous devez avoir au moins cela afin de cibler le mot clé et de bien vous positionner. Le mot-clé doit définir un objectif précis à laquelle la page répond. Il est important d’avoir en headline la même chose.  Il faut savoir que si la phrase clée de l’internaute se trouve dans votre contenu et que celui-ci s’affiche en H1, cela sera très bon pour le positionnement.

Psychologiquement, cela est très intéressant pour l’internaute notamment, cela va l’influencer afin qu’il ne se fasse pas d’autres recherches distinctes, ni fasse de marche arrière. Il faut que l’internaute arrive à se dire : « Cet article là va m’aider et répondre à ma question donc je clique dessus ».

J’ai envie de vous dire qu’il faut 2 à 3 fois le mot clé dans le contenu. C’est une règle indéniable. Sans ce minimum, vous ne pourrez être vu sur les moteurs de recherche et donc être une référence dans votre métier.

Concernant les meta descriptions : Cela a une importance indéniable du fait de l’apparence beaucoup plus attractive pour l’internaute. Cela n’augmentera pas votre positionnement mais plutôt votre taux de clics.

Votre seconde considération

Seconde considération pour le mot clé dans le contenu

Il y aussi beaucoup de contenus qui ont des images appropriées à des attributs ALT. C’est de même pour le nom d’image du fichier qui est tout aussi important pour le SEO. Les images ont toujours une bonne quantité de trafic. Même si vous n’avez pas un bon taux de conversion, vous pouvez amener les internautes par le biais de vos photos.

Il faut une URL optimisée avec le mot clé. Ceci est également important. Cependant, il y a beaucoup de raisons d’avoir une URL raisonnable sans inclure le mot-clé dedans, comme une page d’accueil par exemple.

Une fois de plus, j’insiste sur le fait qu’il faut inscrire dans le contenu le mot clé. Plus particulièrement dans votre premier bloc de contenu.

De plus, répéter trop de fois le même mot-clé peut avoir un impact très négatif, car Google va comprendre que le contenu est totalement rempli de ce mot-clé et cela nuira à l’internaute. Vous pouvez donc être déclassé pour cette raison.

Qu’en est-il sur l’utilisation on page des mots clés ?

N’oubliez pas que cela représente uniquement une petite partie de l’algorithme. Donc n’essayez pas de passer trop de temps là-dessus et de pousser votre optimisation au maximum car vous n’aurez seulement qu’un petit impact positif.

Il vaut mieux reconsidérer l’intention des internautes par rapport aux questions qu’ils ont. Les moteurs de recherche sont très forts pour cela.  Il est préférable de se concentrer sur la qualité du contenu. En effet, si un article parlant de fausses clés ne parlent pas de serrures, ni de portes sera considéré comme de mauvaise qualité et Google notamment ne vous positionnera pas dans les premières positions.

De toutes les manières, si vous ne répondez pas à ce qu’attend un internaute, il ne restera pas longtemps sur votre site et ne partagera en aucun cas son expérience avec votre société.

Source : https://moz.com/blog/how-much-keyword-repetition-is-optimal-whiteboard-friday

Pour aller plus loin, quelques articles d’intérêt :

[/signinlocker]